x
x
post

BYE BYE LEVALLOIS, WELCOME SINGAPORE !

Notre premier récit... mais certainement pas le dernier.

04 Novembre 2016

Category : Vie quotidienne

Ca y est, lundi 31 octobre 2016 à 7h, nous avons claqué la porte du 23 rue Danton en laissant derrière nous un appartement quasiment vide.

C’est le coeur un peu gros – mais anesthésié par le manque de sommeil et l’excitation d’une nouvelle vie qui démarre – que nous tournons la page d’un chapitre. Ce chapitre, c’est celui des soirées Mario kart et tarot, des soirées chicha, Bo Bun, currys et j’en passe. C’est celui également d’un appartement toujours squatté par la famille de passage à Paris, par tous ceux qui sont venus s’installer à Paris après nous le temps d’une recherche d’appart, par les adeptes de bons repas et de whisky, les accros aux jeux vidéos et au Times’up.

Nous franchissons le seuil donc, des souvenirs plein la tête, et prêts à faire le grand saut ! Direction CDG Terminal 1, et le rituel habituel des aéroports : enregistrement, contrôles, attente et embarquement.

C’est après 13 heures de vol extrêmement longues, 3 films, 5 tentatives de dormir – pas facile de gérer le décalage horaire quand il est 20h en France et 03h à Singapour - et un bébé hurlant, que nous arrivons enfin à Changi Airport. Pour information, la technique de « Je ne dors pas la veille pour mieux dormir dans l’avion », ca ne marche pas.

Avec une grande dose de stress, le passage à l’immigration se fait les doigts dans le nez.

Et là difficile de ne pas remarquer que nous avons changé de pays : les bagages ayant 15 minutes de retard, des hôtesses nous accueillent avec boissons rafraichissantes, "café" et encas ! 1 point pour Singapour – 0 pour CDG !

Nous prenons ensuite le métro jusqu’à Paya Lebar, dans le quartier de Geylang. Le métro singapourien, communément appelé MRT pour Mass Rapid Transportation, est très spacieux, entièrement ouvert entre les wagons – Alstom - et possède peu de places assises.

En sortant du métro, on se dit que finalement le climat est largement supportable. Certes il fait un peu plus de 25 degrés et le taux d’humidité est très élevé – pour l’attester, il suffit de voir que de la buée se forme sur ses lunettes à chaque fois qu’on sort – mais cela reste correct … Jusqu’à ce que l’on apprenne que c’est une journée exceptionnellement « froide » pour Singapour et que novembre/décembre sont les deux mois « d’hiver ». Glups.

1er Café au McDonald’s de Paya Lebar. On se sent presque comme chez nous. Sauf qu’ici on ne débarrasse pas !

Premier repas : crackers et nouilles chinoises instantanées.

Deuxième tentative : Fishball, sauce soja et gyozas. Il va falloir du travail pour maitriser la cuisson des Fishball !

Avant de rejoindre notre Airbnb, nous faisons un petit tour de quartier en tirant tant bien que mal nos valises et nous effondrons dans un McDonald’s pour siroter un bon café.

Le frigo du Airbnb que nous avons loué quelques jours étant vide, nous sommes partis faire quelques courses, tous motivés de découvrir les supermarchés locaux et d’assouvir la passion de Nathan pour les emplettes. Bien évidemment, en arrivant dans le magasin le plus proche (ici FairPrice, mais nous avons également testé la chaîne Giant), nous nous sommes vite aperçus :
- qu’à part les pommes, nous connaissons très peu les fruits et légumes vendus ici
- que les aliments sont souvent étiquetés en malais – va savoir ce qu’il y a dans le sachet !
- que nous n’avons aucune idée des méthodes de cuisson à utiliser et comment cuisiner les produits locaux

Retour donc à la maison avec des soupes chinoises instantanées, bien meilleures qu’en France mais un peu spicy, quelques biscuits, des kiwis et quelques produits locaux à tester.

Heureusement, il nous reste deux ans pour apprendre à maîtriser la cuisine singapourienne et vous faire partager nos nouvelles recettes !

Ce qu’on a appris sur Singapour :
- le rez-de-chaussée n’existe pas, il correspond à l’étage numéro 1
- il ne semble pas y avoir d’eau gazeuse dans les supermarchés locaux
- la cuisine asiatique, ca ne s’improvise pas
- l’existence de yellow box : un marquage sur le sol en forme de boite qui interdit aux voitures de s’arrêter à cet endroit. Magique pour éviter les bouchons aux carrefours et les forçages de passage aux feux !

Petite galerie additionnelle

Laissez un commentaire

Commentaires

Inscription à la Newsletter