x
x
post

Ca tague à Penang !

La Malaisie c'est comme Saint-Denis mais avec du goût !

05 Mars 2017

Category : Voyages, Malaisie

Capitale : Kuala Lumpur
Monnaie : Ringgit malais (1 EUR = 4,69 MYR)
Langue : Malaisien

En 2017 les visites s'enchaînent, et c'est maintenant au tour de Delphine de venir nous rendre visite. Pour l'occasion et pour lui faire visiter un peu l'Asie, nous avons décidé de partir un weekend hors de Singapour. Pour limiter le temps de trajet et le budget, mais aussi pour pouvoir faire un peu de plage, nous avons choisi pour notre escapade de visiter Penang. Petite île au nord-ouest de la Malaisie, c'est une île très agréable à découvrir.

Itinéraire à Penang

Vendredi 18h20, nous avons décollé tous les trois pour la Malaisie. En arrivant, nous sommes montés dans la voiture toute déglinguée d'un malaisien qui nous a conduit jusqu'à notre hôtel : le Grand Swiss Hotel. En fait l'hôtel n'a pas grand chose de grand avec ses toutes petites chambres et la douche au dessus des toilettes, mais il est situé au fond d'une petite impasse où nous avons aperçu pour la première fois la spécialité de Georgetown : les tags, appelés Street Art, dont vous pouvez voir quelques spécimens en bas de page.

Une fois nos affaires déposées, nous avons décidé de partir en quête de nourriture. Grâce au Routard, nous avons découvert le Red Garden Food Court, un peu caché dans les ruelles de la ville. Comme son nom l'indique, c'est un foodcourt extérieur, plein d'ambiance, de petites lumières et avec des live shows tous les soirs en prime ! Nous avons eu droit à un autre exemple de la mode asiatique avec des chanteurs en vestes dorées à paillettes et des chanteuses en mini robe. C'est un super endroit pour commencer la soirée avec un bucket de bières et initier Delphine à la nourriture locale : brochettes satay, nouilles sautées et gaufres sont au menu. Nous avons même vu le sosie de Depardieu, on ne s'y attendait pas !

Ensuite, il est l'heure d'aller explorer Georgetown. Nous nous sommes rapidement rendu compte que c'est une petite ville très animée le soir. Les rues sont pleines de hippies se baladant pieds nus dans la rue, de la musique sort de toutes les shophouses en bord de route et les terrasses sont remplies de gens sirotant leurs bières avec des narguilés. Après une (très) brève concertation, nous avons jeté notre dévolu sur le Reggae Club. Entourés des drapeaux jamaïcains, de reggae et d'odeurs de chichas, nous avons été replongés dans nos années étudiantes.

Nous nous sommes réveillés samedi matin pas très frais de la veille (la prière diffusée au milieu de la nuit dans la mosquée d'à côté n'a pas vraiment aidé). Heureusement, nous sommes tombés sur le Mugshot : un super spot pour nous requinquer avec un petit déjeuner bagels&café dans une ambiance hipster.

Et c'est parti, nous avons enfilé nos casquettes et lunettes de soleil pour aller au Chew Clan Jetty. Ce sont des "villages de pêcheurs" habités par des clans le long des quais de la ville. Nous nous sommes baladés sur les pontons en bois au milieu des maisons sur pilotis. L'endroit est assez touristique mais bourré de charme et de couleurs. Pour assouvir les désirs de nos deux petits singes explorateurs, Delphine et Nathan, nous sommes sortis des sentiers battus en rejoignant les maisons par les chemins boueux et en nous faufilant dans les ruelles non touristiques du village. La visite a été très agréable, mais un peu déstabilisante parce qu'on a vraiment eu l'impression de s'incruster chez les habitants qui vivent là : toutes les fenêtres et portes étaient ouvertes, et on est passés juste à côté des pêcheurs en train de prendre leur petit déjeuner ou de regarder la télé dans leurs maisons très précaires. Tellement précaires qu'on a même vu des rats s'y introduire à l'insu des propriétaires.

gallery

Des enfants font de la balancoire

gallery

La journée était longue

gallery

Elle est belle la jeunesse

Georgetown est surtout connue pour ses tags, vraies oeuvres d'art, mélangeants dessins et objets réels. Nous sommes donc partis sillonner les rues à la recherche des pièces les plus originales et les plus célèbres. Parmi elles, il y a notamment le petit garçon à la moto, les frère et soeur sur bicyclette, et les enfants essayant de voler des dims sums par les barreaux de la fenêtre.

L'application Maps.me nous a d'ailleurs beaucoup aidé, car beaucoup de tags sont répertoriés sur le plan de la ville. Ca a surtout été l'occasion de faire comme tous les touristes de l'île : prendre la pause pour être pris en photo devant les tags.

Malheureusement, certains tags sont très connus, et c'est un peu l'attraction principale à Georgetown. Il est donc parfois difficile de se faire une place parmi les vacanciers asiatiques pour pouvoir prendre une photo. Autre petit point négatif, c'est que les tags ne sont pas tous franchement en bon état et ne résiteront probablement plus très longtemps au passage des touristes.

Pour poursuivre notre matinée visite, nous sommes ensuite allés au Khoo Kongsi, quartier abritant un clan chinois. Pour la petite histoire, Georgetown est la seule ville portuaire colonisée du coin à avoir été gouvernée par un chinois. Il reste donc beaucoup de temples chinois de cette époque qui parsèment la ville, et on y trouve aussi des "kongsi" qui sont ces fameux clans/associations chinoises. Au sein de ce dernier, tous les membres vivaient dans le même quartier qui contenait une école, un théâtre, une salle polyvalente, un temple etc. Aujourd'hui, le clan existe encore, mais ne vit plus dans l'enceinte historique qui est devenue un musée.

La ville n'a pas que des influences chinoises : elle contient également beaucoup de bâtiments coloniaux et un quartier indien. Georgetown offre une multitude de choses à découvrir, cependant il a fait une chaleur accablante et on n'a pas vu un seul nuage à l'horizon. Nous avons donc décidé d'arrêter les visites pour la journée.

Pour la pause déjeuner, nous sommes allés dans LE restaurant recommandé de la ville. Malheureusement les serveurs n'aimant ni les touristes ni les blancs ni les femmes, nous avons eu énormément de mal à nous faire servir. Après nous être énervés et avoir failli partir plusieurs fois, notre voisin de table nous a aidé à chercher un serveur pour s'occuper de nous. Nous avons donc réussi à commander tous les trois le même plat et de l'eau, car il n'y avait soit-disant plus aucune boisson et plus aucun autre plat .... Restaurant que nous ne recommandons donc pas !

Pour nous reposer et nous remettre de nos émotions (et surtout parce qu'on l'avait promis à Delphine) nous retournons enfiler nos maillots et sautons dans le taxi pour aller faire un tour à la plage.

La plage n'était pas ce qu'on peut appeler paradisiaque, mais nous avons quand même pu trouver un coin près des cocotiers pour étendre nos serviettes. On a bronzé un peu et fait quelques ploufs dans la mer, jusqu'à ce qu'on s'aperçoive qu'il y avait des méduses dans l'eau et pas de douche pour rincer le sel de la mer.

Pour profiter un dernier instant des embruns marins et du bruit des vagues, nous avons déniché un petit bar sur la plage. En arrivant nous nous sommes aperçus qu'il n'y avait plus de table libre, mais une vielle dame anglaise nous a gentiment laissé partager sa table le temps qu'elle finisse son verre. GROSSE ERREUR ! On s'est rendu compte que la brave anglaise, à moitié écolo (passe encore), à moitié bourrée (on ne jettera pas la pierre) et surtout à moitié mythomane (plus gênant déjà) voulait en fait nous raconter sa vie. On a dû rester pendant plus d'une heure à écouter cette dame nous raconter ses histoires et nous montrer ses photos sur son téléphone portable avant de pouvoir nous éclipser. Le dernier cocktail tranquille au bord de la plage est tombé à l'eau. Au sens propre comme au figuré, puisque la pluie s'est invitée pour les dix dernières minutes.

Seul point positif de cette petite mésaventure, c'est que la fille nous a recommandé de commander un Grab (Uber local) plutôt qu'un taxi pour retourner en ville. Nous avons écouté ses conseils, et nous sommes tombés sur un chauffeur très bavard et très rigolo qui a voulu apprendre à Nathan comment draguer une femme pour la mettre dans son lit. Tout le chemin du retour a été plutôt animé et on a bien rigolé ! Nos aventures malaises se sont achevées avec un dernier restaurant malaisien et nous sommes ensuite rentrés chez nous, à Singapour.

gallery

Vue de l'avion

gallery

Vue des quais

gallery

Vue de la plage

Chaque visite à Singapour est unique parce qu'elle ressemble aux personnes qui viennent. Pour Delphine, la semaine a été haute en couleur avec nos visites, nos fou-rires et nos mini-catastrophes (voir le tableau plus bas), mais aussi pleine de sport et de farniente.

Clémence et Delphine sont parties à la découvertes de la faune et flore locale. Elles ont admiré les pingouins, perroquets, flamants roses et autres volatiles du Bird Park. Puis elles ont essayé de nouer des liens avec les macaques sauvages du MacRitchie Reservoir. Pas de chance, les singes ici sont assez agressifs lorsqu'ils ont faim et ont donc tenté de nous chiper nos casse-croutes.

Parfois, entre midi et deux, nous nous sommes retrouvés à nouveau au complet et avons pris le temps d'aller visiter de nouveaux endroits : Haw Par Villa par exemple. Il s'agit d'un grand parc rempli de statues et sculptures en tout genre de style chinois. On y explore notamment les 10 étages de l'enfer et les punitions disponibles pour chacun des crimes commis. Les scènes de gens brulés, coupés, broyés sont assez... folkloriques.

Nos soirées ont été rythmées par les dramas coréens (au plus grand damne de Nathan), d'apéros-BBQ sur notre balcon au Gin Tonic, et d'une Ladies Night à The Exchange. S'il y a une chose à savoir à Singapour quand on est une fille, c'est que mercredi soir, c'est Ladies Night ! La visite de Delphine a été une bonne excuse de plus pour ne pas louper l'occasion d'aller siroter (voir enchainer) des martinis au litchi. Nathan, lui était tout dépité de devoir vider son portefeuille pour quelques bières alors que les filles ont bu à l'oeil. Heureusement, pour redonner le sourire à tout le monde et pour éponger nos quelques verres, nous sommes allés prendre un bon curry épicé comme on aime, de l'indien au foodcourt du coin !

  • 01

    Oeil au beurre noir

    Première catastrophe de la semaine : Delphine se fait un oeil au beurre noir en se prenant la porte vitrée qui sépare la cuisine du salon.

  • 02

    Allergie au Jackfruit

    Toute contente de tester de nouveaux produits locaux, Delphine a gouté le jackfruit, un gros fruit cousin du durian, et sa langue a immédiatement gonflé.

  • 03

    Jamais deux sans trois

    Delphine a eu la malchance de tomber sur une méduse en allant se baigner et s'est fait piquer. On connait tous le remède mais finalement, elle n'avait plus si mal que ca !

  • 04

    Plus vrai que nature

    En pleine séance shopping, Delphine s'est éprise d'un mannequin chez Adidas. Il faut dire qu'il était particulièrement musclé. Mais bon, c'est facile quand on est en plastique !

Petite galerie additionnelle

Laissez un commentaire

Commentaires

  • avatar
    ReplyNana15 Mars 2017 - 08:28:26

    oh nooon la pauuuuvre ! top vidéo comme d'hab :)

    Inscription à la Newsletter